Les infections du tractus urinaire (ITU)sont très rares chez le chat, sauf chez les chats de plus de 10 ans chez qui elles représentent jusqu’à 50% des affections du bas appareil urinaire. Elles sont responsables de difficultés à uriner et de spasmes abdominaux. Celles-ci ne sont pas graves mais nécessitent tout de même une prise en charge rapide pour le confort de l’animal, pour éviter les complications et pour rechercher une potentielle maladie sous-jacente favorisante. La visite chez le vétérinaire est indispensable pour écarter les autres causes de troubles de la miction, pouvant quant à elles être bien plus sévères.

L’infection urinaire chez le chat, qu’est-ce que c’est ?

L’infection urinaire, ou cystite infectieuse

L’infection urinaire ou cystite infectieuse chez le chat est due à une invasion du tractus urinaire (vessie et urètre) par une bactérie, un virus ou un champignon qui adhère à sa paroi et s’y multiplie. Cela entraîne une inflammation et une réaction immunitaire responsables des symptômes observés. La cystite fait partie d’un ensemble d’affections caractérisées par les mêmes signes cliniques et regroupées sous le nom d’affections du bas appareil urinaire félin (ABAU), autrefois appelées syndrome urologique félin (SUF). Elle est majoritairement présente chez le chat âgé et les femelles y sont prédisposées, mais elle demeure rare puisqu’elle représente moins d’1% des ABAU.

La cystite idiopathique féline

Bien qu’elle soit caractérisée par les mêmes symptômes, l’infection urinaire ne doit pas être confondue avec la cystite idiopathique féline qui est une inflammation de la vessie d’origine non infectieuse, de forte prévalence chez le chat (65%des causes d’ABAU). Son origine est inconnue mais elle est généralement favorisée par le stress.

infection urinaire chat 1

Quels sont les symptômes et signes d'une infection urinaire chez le chat ?

Les symptômes d’une infection urinaire chez le chat sont les mêmes que pour toutes les ABAU. Si vous les observez, il faut consulter un vétérinaire immédiatement car celles-ci peuvent être graves, notamment lors de calculs urétraux qui sont une urgence vitale.

Les signes cliniques les plus fréquemment rencontrés lors de troubles urinaires

Si votre chat est atteint d’ITU, il présentera des difficultés à uriner, des urines en quantité réduite ou au contraire très augmentée ou anormalement fréquentes. Elles peuvent également être hémorragiques. Il pourra de plus montrer des signes de douleur au moment de l’émission des urines (vocalises, tremblements, dos voussé, posture crispée), ainsi qu’une douleur abdominale à la palpation. Certains chats domestiques présentent aussi une soudaine incontinence ou une malpropreté.

Détecter l’infection pour éviter les complications

Il est important de déceler le plus précocement possible une infection urinaire chez votre chat. Cela passe par la surveillance quotidienne de ses urines et l’observation au moment de la miction ou en vérifiant la quantité et la couleur des urines dans la litière. En plus d’être très inconfortable pour l’animal, la cystite infectieuse peut potentiellement se compliquer en pyélonéphrite (infection des reins) si le diagnostic est posé trop tardivement. Cette dernière affection est très grave et peut rapidement mettre en jeu le pronostic vital de votre compagnon en entraînant une insuffisance rénale aigue. Dans ce cas, le chat présentera une brusque altération de son état général avec une perte d’appétit et une augmentation anormale de la prise de boisson.

Certains chats peuvent parfois présenter une infection urinaire sans aucun symptôme, on parle alors de bactériurie subclinique.

Quelles sont les causes d'une infection urinaire ?

Les infections urinaires peuvent être d’origine primaire ou secondaire à une affection sous-jacente, telle que la présence d’un calcul urétéral, d’une maladie entraînant un déficit immunitaire…

Les agents pathogènes en cause de problèmes urinaires

Les agents pathogènes en cause de problèmes des voies urinaires du chat mis en cause sont généralement des bactéries d’origine digestive. Celles-ci colonisent le tractus urinaire en remontant le long de l’urètre à partir de son point d’abouchement sur l’extérieur. La bactérie Escherichia Coli est la plus fréquemment rencontrée en cas d’infection urinaire, aussi bien chez le chat que chez le chien et l’homme. Les bactéries Staphylocoques et Streptocoques sont quant à elles responsables de 30% des ITU.

Des mécanismes de défense naturels

Dans les conditions physiologiques, le tractus urinaire est stérile, à l’exception du dernier tiers de l’urètre. La composition de l’urine elle-même, mais aussi l’anatomie et la physiologie de l’appareil urinaire félin constituent une défense très efficace contre la colonisation par des bactéries pathogènes. En effet, l’urètre est de grande longueur, rendant plus difficile pour les bactéries de remonter jusqu’à la vessie, et, de plus, l’urine est bactéricide en raison de son acidité. Des mictions fréquentes, complètes et en grande quantité permises par une hydratation suffisante permettent également de préserver la santé urinaire puisque le flux urinaire chasse les bactéries de l’urètre par action mécanique.

Origine des infections urinaires

Le développement d’une infection urinaire peut donc le plus souvent avoir lieu à l’occasion d’une défaillance des mécanismes de défense de l’animal, lors de déshydratation, de déficit immunitaire (stress prolongé, maladie immunosuppressive), de maladie sous-jacente favorisante (diabète sucré, maladie rénale chronique) ou lorsque les agents infectieux sont particulièrement virulents.

infection urinaire chat 2

Quels sont les traitements recommandés pour soigner une infection urinaire du chat ?

Le traitement de l’infection urinaire dépend de la fréquence des épisodes de cystite et de la présence ou non de symptômes. L’alimentation joue un rôle majeur dans la prévention et la prise en charge des cystites.

Traitement médical en cas de cystite simple

On parle de cystite simple ou sporadique lorsque le chat présente des signes cliniques d’ABAU avec présence de bactéries dans ses urines et qu’il a eu moins de trois épisodes de cystite en 1 an ou moins de deux épisodes sur une période de 6 mois. Dans ce cas-là, le traitement est généralement à base d’anti-inflammatoires pour gérer la douleur et d’antibiotiques pour traiter l’infection. L’amélioration doit avoir lieu en moins de 48h.

Traitement médical en cas de cystite récurrente (médicament, antibiotiques...)

On parle de cystite compliquée ou récurrente lorsqu’un chat présente plus de trois épisodes de cystite par an ou plus de deux épisodes en 6 mois. Le traitement est le même que pour la cystite simple, à la seule différence qu’il est plus long et réalisé sur la base d’un antibiogramme. Il faudra également réaliser une analyse d’urine (uro- culture) à la fin du traitement pour vérifier que celui-ci a bien fonctionné.

Lors de bactériurie subclinique (présence de bactéries dans les urines sans signes cliniques associés), on réalise toujours une uro- culture. En général, aucun traitement n’est mis en place, sauf en cas de récidive.

Prévention par l’alimentation

L’alimentation joue un rôle important aussi bien dans la prévention que dans la prise en charge des cystites infectieuses. On privilégiera une alimentation spécifique à base de pâtée qui contient 80% d’humidité. Elle permet ainsi une meilleure hydratation du chat et donc une dilution des urines et une augmentation des fréquences des mictions. De même, la stimulation de la prise de boisson du chat est primordiale. Mettre à sa disposition plusieurs gamelles d’eau propres à température ambiante est idéal. Les fontaines à eau sont également très efficaces car les chats aiment l’eau en mouvement.

L’aliment doit également être équilibré et de densité énergétique adaptée afin d’éviter le surpoids, qui est un facteur favorisant l’apparition de calculs et d’infections urinaires. Enfin une alimentation pauvre en phosphore est recommandée, le phosphore à concentration inadaptée étant toxique pour les reins.

Prévention par l’hygiène

Multiplier les bacs à litière et les maintenir toujours propres permet également de stimuler l’envie de votre chat d’aller uriner et de limiter la rétention urinaire. Ces dernières favorisent en effet la formation de cristaux urinaires et la multiplication des bactéries.

Combien de temps dure une infection urinaire chez le chat ?

Si elle est prise en charge rapidement et correctement, une infection urinaire sporadique dure en général moins de 48h. Une infection urinaire récidivante peut durer jusqu’à une semaine après la prise en charge. Si les signes cliniques perdurent plus longtemps, une antibiorésistance ou une rechute sont probablement en cause. Il faut donc consulter à nouveau votre vétérinaire pour la réalisation d’examens approfondis.

Mon chat a du mal à uriner, est-ce forcément une infection urinaire ?

De nombreuses affections de sévérité variables peuvent entraîner des difficultés à l’émission des urines. Parmi elles, on retrouve les calculs urétraux ou urolithiases (agglomération de cristaux qui forment un « cailloux » venant obstruer l’urètre, majoritairement chez le chat mâle pour des raisons anatomiques), mais aussi les cystites idiopathiques, les spasmes urétraux, ou encore les bouchons urétraux (accumulation de cellules suite à une inflammation de la paroi vésicale et urétrale qui viennent former un bouchon, souvent secondaires à une cystite idiopathique).

infection urinaire chat 3

Voici ce que vous devez donc retenir des infections urinaires chez le chat :

  • Les infections urinaires chez le chat sont rares. Les chattes qui possédant des uretères courts et chez les chats âgés moins immunocompétents y sont prédisposés.
  • Elles sont causées par une infiltration et une multiplication de bactéries dans le tractus urinaire. Elles entraînent une inflammation responsable de symptômes inconfortables pour l’animal avec des douleurs et des difficultés à l’émission des urines.
  • La consultation chez un vétérinaire est indispensable car ces symptômes sont communs à d’autres affections du bas appareil urinaire tels que les calculs urétraux (urgence) ou encore les cystites idiopathiques (très communes).
  • Le traitement s’effectue sur la base d’une antibiothérapie et d’anti-inflammatoires. Il doit être complété par des mesures hygiéniques en apportant une alimentation humide de qualité, en assurant un abreuvement suffisant et en surveillant le poids de l’animal.