Il n’est pas anormal qu’un chiot ait beaucoup d’énergie à revendre. Cependant, certains chiens ont tendance à être particulièrement énervés, parfois au grand désarroi des propriétaires. Il est important de connaître les raisons de ce tempérament afin d’essayer de trouver des solutions durables, pour lui-même comme pour les êtres humains qui l’entourent.

Pourquoi mon chien s’énerve-t-il ?

Comment savoir si mon chien est énervé : quels sont les signes ?

L’énervement chez un chien peut désigner deux états différents : de l’excitation générale et incontrôlée ou de l’agressivité. Dans les deux cas, ceci peut être lié à un caractère particulièrement anxieux de votre chien.

Tous les chiens énervés ne présentent pas le même langage corporel. Chaque chien peut montrer son énervement d’une manière différente, ce qui le rendra plus ou moins contrôlable selon les cas. Un chien énervé peut sauter, vocaliser, mordiller les mains ou différents objets, uriner, déféquer. Il peut également manifester des comportements destructeurs, tourner en rond ou se lécher de manière compulsive. De plus, ces chiens ont souvent du mal à s’amuser tout seuls. Des troubles digestifs notamment liés à l’anxiété, un halètement excessif ou encore une respiration forte sont parfois observés.

Si les signes d’excitation sont dérangeants, il est en revanche essentiel de savoir reconnaître un chien en colère, car cela pourrait conduire à des situations dangereuses. Des oreilles basses, une gueule serrée, des bâillements intempestifs, le fait de se lécher les babines ou la truffe, les regards fuyants, la queue entre les pattes arrière, la fuite, des yeux grands ouverts, des grognements, des babines retroussées ou des vocalisations importantes sont autant de manifestations physiques témoignant de la colère du chien et d’une éventuelle agressivité.

Les troubles du comportement chez le chien

Il est parfois compliqué d’identifier un trouble du comportement chez le chien car les propriétaires de chiens ne sont généralement pas assez renseignés sur le comportement normal du chien. Pourtant, ces troubles peuvent être le reflet d’un véritable mal-être chez votre compagnon.

Ces troubles sont parfois qualifiés de « syndrome HSHA » (Syndrome d’hypersensibilité et d’hyperactivité). Ce syndrome est particulièrement fréquent chez les petits chiens nerveux abandonnés trop tôt par leur mère.

Certaines pathologies favorisent les troubles du comportement chez le chien, comme le dysfonctionnement de la glande thyroïde. Une hypothyroïdie peut en effet entraîner de l’agressivité chez le chien, bien que ce symptôme reste peu fréquent. Des pathologies nerveuses, dermatologiques ou encore un état dépressif peuvent également être à l’origine de tels troubles.

Des « traumatismes » acquis depuis leur plus jeune âge peuvent générer des troubles du comportement, dont la conséquence majeure sera une anxiété accrue. Par exemple, un animal ayant eu l’habitude petit de ne jamais être seul (en cas d’acquisition pendant les vacances ou pendant le confinement par exemple) pourra développer une anxiété de séparation lorsque ses propriétaires commenceront à s’absenter plus régulièrement.

En outre, le caractère du chien est partiellement déterminé par la génétique. Cependant, contrairement à ce qui est fréquemment rapporté, une étude a montré que la génétique n’explique que 9% de la variation comportementale des chiens. Il n’est donc pas juste d’affirmer qu’un chien Rottweiler est plus énervé qu’un chien Labrador.

Enfin, l’odorat des chiens à la particularité d’être très développé. Si leur odorat est un réel atout pour eux, il peut aussi constituer une source de stress non négligeable si votre compagnon est particulièrement sensible aux odeurs de son entourage.

Les facteurs d’énervement chez le chien

De nombreux facteurs peuvent être sources d’énervement chez votre chien. Il est important d’identifier l’ensemble de ces facteurs afin de pouvoir les corriger et limiter les variations de comportement de votre compagnon.

Un chien insuffisamment dépensé a tendance à s’énerver très facilement en raison de son trop-plein d’énergie. Son langage corporel, notamment via des activités répétitives ou compulsives par manque d’auto-contrôle, ou encore une excitation permanente sont généralement relativement explicite sur son besoin de se dépenser plus. Ne jouer avec lui que quelques minutes par jour n’est pas suffisant, il est essentiel de répondre aux besoins de votre compagnon pour qu’il puisse se dépenser correctement.

L’ennui est également un facteur déclenchant. C’est une manière pour les chiens de montrer leur frustration. N’attendez donc pas que votre compagnon demande de l’attention pour le lui en donner, pensez à lui faire de petites attentions de manière régulière.

Enfin, certaines situations particulières peuvent déclencher un état de stress. Parmi ces situations, on retrouve fréquemment les coups de tonnerre, l’aspirateur, les feux d’artifice, etc… Si votre animal manifeste des signes d’excitation dans ces situations, pensez donc à le rassurer ou à l’isoler dans un endroit calme le temps qu’il faudra.

Les facteurs d’énervement chez le chien

L’éducation et l’apprentissage pour maîtriser son chien : comment calmer votre chien surexcité ?

Savoir interrompre une crise d’hyperexcitabilité de votre chien

Lors de crise d’hyperexcitabilité de votre chien, il est important que vous adoptiez une attitude calme et de ne pas vous énerver. Commencez par l’ignorer, car en lui donnant de l’attention, même en le grondant, vous pourriez lui donner raison, ce qui le poussera à recommencer. S’il intensifie son comportement, essayez de vous isoler de lui et ne le retrouvez que quand il sera calmé. La règle d’or est de ne pas céder à ses caprices.

Vous pouvez aussi essayer de détourner son attention. Par exemple, si votre chien a l’habitude de sauter sur des gens dès qu’ils franchissent le pas de votre porte, tentez de lui donner un de ces jouets pour qu’il se focalise sur lui plutôt que sur les gens.

Employez des réprimandes comme le « NON ! » ou le « STOP ! » fermes. Néanmoins, certains chiens ne noteront que l’attention que vous leur portez, ce qui pourrait amplifier la situation. Adaptez donc votre stratégie selon la réponse de votre animal. Votre langage corporel joue également un rôle important, puisque vous pourrez lui sembler plus ou moins menaçant, attentif, détaché… ce qui orientera la réaction de votre chien.

Anticiper l’énervement de votre chien

Afin que les crises ne se reproduisent plus, il est fondamental de savoir les anticiper. Or, ceci nécessite un travail considérable de la part du propriétaire et demandera toute votre implication.

La première chose à faire est d’observer votre chien afin d’identifier le facteur déclenchant. Il faut ensuite travailler autour de cet élément perturbateur en employant des techniques de désensibilisation. Par exemple, pour un chien qui a peur de l’aspirateur, vous pouvez dans un premier temps lui montrer l’aspirateur lorsque celui-ci est à l’arrêt et en l’accompagnant. Il ne faudra pas oublier de le récompenser au cours de ce travail de désensibilisation.

Répondez aux besoins quotidiens de votre animal permettez lui de se dépenser correctement. Les besoins physiques d’un chien ne sont pas les mêmes d’un individu à un autre. Un chien de travail a besoin de se dépenser davantage qu’un chien de conformation. Selon la race également, les besoins en termes de jeux ne seront pas les mêmes. Un chien de berger préfèrera courir tandis qu’un chien type Labrador ou Golden Retriever optera pour des jeux avec des jouets.

Vous pouvez aussi essayer de diversifier les types d’activités que vous lui proposez. Qu’il s’agisse d’activités physiques comme l’agilité, le jogging, le disque ou encore la nage ; d’activités sociales en l’emmenant jouer avec d’autres congénères dans un parc à chiens ; ou encore d’activités d’intelligence avec des dispositifs adaptés, l’important est de le dépenser. Si vous rencontrez des difficultés dans l’éducation de votre compagnon, vous pouvez allier l’utile à l’agréable en l’amenant à l’école du chiot, ce qui lui permettra d’apprendre tout en se dépensant.

Gardez à l’esprit qu’il faut que vous soyez à l’initiative des jeux, ce n’est pas à votre chien de décider quand il est l’heure de jouer. Enfin, en cas de pathologie favorisant une variation de comportement, une visite chez le vétérinaire vous permettra de gérer ces troubles sous-jacents.

Apaiser facilement son chien en colère grâce à des méthodes éducatives

En règle générale, éduquer votre chien dès son plus jeune âge permet non seulement de le stimuler, mais aussi de lui faire acquérir des réflexes qui vous permettront de garder le contrôle sur lui en cas de débordement. Vous pouvez commencer par lui apprendre des ordres simples comme « pas bouger », « assis » ou « couché ». Il faut bien évidemment lui apprendre ces tours dans une situation calme. Utilisez le renforcement positif et les systèmes de récompenses comme bases éducatives. Il s’agit de la meilleure façon de le faire progresser.

Les séances de jeux peuvent tout aussi bien servir à l’éduquer, en plus de le dépenser. Il est souvent plus facile de l’éduquer avec un jouet en main, car cela représente un objet de motivation et de récompense. L’installation d’une routine aide souvent à canaliser votre chien. La routine l’habituera à rester calme pendant les périodes creuses en attendant les moments de promenade ou de jeux.

Enfin, si vous vous sentez submergé par le trop-plein d’énergie de votre chien, vous pouvez toujours faire appel à un professionnel comme un éducateur canin, ou l’emmener à l’école du chiot. Vous pouvez également prendre rendez-vous chez un comportementaliste canin qui vous permettra de mieux comprendre les attitudes de votre chien.

Apaiser facilement son chien en colère grâce à des méthodes éducatives

Notre sélection de produits pour apaiser et calmer un chien énervé/excité

Réduire l’anxiété et la nervosité de votre animal grâce à des méthodes naturelles

De nombreuses solutions ont été conçues afin d’apaiser les chiens anxieux ou facilement excitables, et d’anticiper les manifestations négatives sur leur comportement. Dans un premier temps, vous pouvez agir sur l’alimentation de votre chien en lui donnant des croquettes conçues pour les chiens souffrant d’anxiété. Les gammes « CALM » et « RELAX CARE » proposées par Royal Canin. Ces croquettes permettent en effet de limiter les manifestations du stress sur les systèmes digestifs, cutanés ou encore urinaires. Retrouvez ces différentes gammes dans notre rubrique « Croquettes chien ».

Lors de périodes particulièrement stressantes qui pourraient entraîner des changements de comportement ou déclencher des crises chez votre chien, de nombreux produits existent pour limiter le stress de votre compagnon. Par exemple, les comprimés Zylkene Chews sont des comprimés appétents qui permettront de limiter l’anxiété de votre chien. En outre, des produits sous forme de spray ou de diffuseur d’hormones de synthèse comme ceux de la marque Petscool peuvent être utilisés dans l’environnement de votre animal. Vous pouvez aussi utiliser des compléments alimentaires de la marque Dogteur, qui sont des produits naturels à base de plantes. Les plantes utilisées sont connues pour soulager l’anxiété chez le chien grâce à des effets relaxants et des sédatifs légers. Tous ces produits - et bien d’autres - sont disponibles dans notre rubrique « Anti-stress chien ».

Des outils pour aider votre chien nerveux à se dépenser

Différentes pratiques permettront à votre chien de se dépenser efficacement. Vous pouvez décider de le faire courir et développer sa condition physique par l’acquisition de matériels d’agility : obstacle, tunnel, anneau ou encore balançoire. La marque Trixie propose un large choix de produits, correspondant à toutes les morphologies de chiens. Les chiens seront plus ou moins performants sur un parcours d’agility, mais n’oubliez pas que le but premier est que votre animal apprécie ce moment et apprenne de nouvelles choses. Vous pouvez retrouver ces produits dans notre rubrique « Matériel agility chien ».

N’hésitez pas non plus à faire plaisir à votre animal en lui diversifiant ses jouets : jouets en caoutchouc, peluches, balles, KONG, etc. Plus vous diversifiez ses jouets, plus vous lui offrez de possibilités pour s’amuser. Un large choix de jouets est disponible dans notre rubrique « Jouet et peluche chien ».

Résumé et choses à retenir

Face à un chien énervé, une des premières attitudes à adopter est d’apprendre à bien comprendre votre animal afin d’identifier les éventuels éléments déclencheurs. Votre plan d’action sera surtout de corriger ces défaillances autour de ces stimuli, mais vous devrez également faire attention à bien répondre aux besoins de votre chien en diversifiant ses activités. Si vous rencontrez des difficultés avec son éducation ou avec un problème comportemental, n’hésitez pas à vous tourner vers un éducateur canin ou un comportementaliste.

Découvrez nos autres articles sur les chiens :