​Parfois confondues car elles peuvent coexister, la cystite et l’infection urinaire sont deux maladies différentes qui génèrent de la malpropreté chez le chat. Quelles sont-elles ? Comment les suspecter ? Comment les soigner ? Comment les prévenir ?

Cystites et infection urinaire chez le chat, qu’est-ce que c’est ?

La cystite est une inflammation de la paroi de la vessie. Elle fait partie des maladies du bas appareil urinaire (par opposition aux reins en amont ; affection aussi appelée auparavant syndrome urologique félin ou SUF).

L’infection urinaire est une maladie des voies urinaires (reins, uretères, vessie ou urètre chez le mâle) due à un agent infectieux comme une bactérie qui s’y multiplie.

Lorsque ces deux éléments existent (inflammation et infection) en même temps, on parle de cystite infectieuse.

Uretère = canal qui amène l’urine du rein à la vessie
Urètre = canal qui amène l’urine de la vessie à l’orifice urinaire (chez le mâle)

Quelles sont les causes de cystite ou d’infection urinaire chez le chat ?

La cystite peut être générée par l’action traumatique de corps étrangers comme les calculs urinaires (urolithiases= pierres urinaires), elle peut être également la conséquence de tumeurs des voies urinaires (papillome, fibrome, carcinome…), mais aussi le résultat d’une infection urinaire ou au contraire son origine, ou encore celui d’un stress. Enfin, la cystite peut être due à un traumatisme (sondage, chirurgie, accident), un défaut de vidange vésicale (atonie, lésion) ou une malformation.

Lorsque la cause n’est pas identifiée, on qualifie cette cystite d’idiopathique ou de cystite interstitielle comme en médecine humaine, pour laquelle le trouble anxieux ou le stress est régulièrement évoqué comme facteur déclenchant. L’origine virale est parfois envisagée mais non démontrée (herpès virus…) pour les cystites interstitielles.

Comment savoir si votre chat a une cystite ?

Certains signes sont très évocateurs :

  • Comment savoir si votre chat a une cystite ?La dysurie (difficultés à émettre l’urine), la pollakiurie (fréquence de mictions élevée) : votre chat essaie très souvent d’uriner parfois sans y parvenir, il fait des allers et retour fréquent sur son bac à litière, il miaule en essayant d’uriner…
  • L’hématurie (présence de sang dans l’urine) : son urine est rosée ou rougie ;
  • La périurie ou malpropreté urinaire : votre chat ne fait plus pipi dans sa litière, mais juste à côté ou sur votre lit, le canapé, des coussins…
  • Votre chat se lèche l’orifice urinaire fréquemment ; 
  • Votre chat boit plus qu’avant.

Des examens complémentaires permettent de préciser l’hypothèse d’une cystite et sa cause en plus de l’examen général de l’animal (examen clinique) :

  • Les analyses d’urine : pour rechercher avec une bandelette urinaire la présence de sang parfois invisible à l’œil nu, la présence de protéines, ou encore la présence de bactéries. On regarde également au microscope le « culot » urinaire obtenu après la centrifugation des urines pour rechercher la présence de cristaux. 
  • Les analyses de sang qui permettent  la recherche de paramètres biochimiques témoins d’une infection ou d’une maladie associée  
  • La radiographie ou l’échographie pour rechercher la présence de calculs urinaires, l’épaississement de la paroi vésicale, l’existence d’une tumeur…

Comment savoir si votre chat a une infection urinaire ?

Après avoir observé les mêmes signes que ci-dessus, il faudra regarder si l’urine contient des bactéries ou d’autres germes pour confirmer cette suspicion. Pour cela, on réalise un prélèvement d’urine soit chez le vétérinaire par cystocentèse (prélèvement au travers de la paroi vésicale et de l’abdomen), soit par cathétérisme (en mettant une sonde par l’orifice urinaire jusque dans la vessie) soit avec une miction dite « spontanée » c’est-à-dire que l’on prélève l’urine lorsqu’elle est émise par le chat. 

Avec l’urine prélevée, on réalise un ECBU (= Examen CytoBactériologique des Urines) qui révèlera le type de germes impliqué ou la présence de cellules tumorales. On examine également dans ce cas le culot urinaire pour y rechercher la présence de cristaux.

Les kit de prélèvement disponibles à la maison comme le CheckUp Kit pour chat permettent de déceler des anomalies qui seront ensuite vérifiées et évaluées par le vétérinaire… en revanche une absence d’anomalie sur ce kit ne suffit pas pour dire qu’il n’y a pas de cystite. 

Comment soigner un chat qui a une cystite ou une infection urinaire ?

Le traitement médical associe le traitement de la cause lorsque cela est possible (retrait chirurgical d’une tumeur par exemple), des anti-inflammatoires et des antalgiques pour soigner l’inflammation et la douleur qu’elle provoque et certaines mesures dites « environnementales » pour augmenter le niveau de bien être comme un nettoyage accru du bac a litière par exemple.

Si la cystite est infectieuse ou en cas d’infection urinaire, il faut donner les antibiotiques adaptés aux bactéries révélées par les résultats de l’ECBU. Ce sont des antibiotiques actifs dans les urines qui seront donnés une à trois semaines en fonction de l’importance de la cystite (forme aigue ou chronique). La nourriture humide est également recommandée car elle permet un certain « rinçage » des voies urinaires.

Et bien sûr, il ne faut pas punir votre chat pour ne pas rajouter un stress supplémentaire…

Comment soigner naturellement une cystite chez le chat ?

La cause une fois identifiée doit être soignée de façon spécifique : il n’est pas possible de soigner une infection urinaire sans antibiotiques, la cystite avec infection nécessitera donc des médicaments, surtout si votre animal ressent une douleur (que l’on peut déceler en palpant son abdomen). 

Dans tous les cas, les produits contenant des protecteurs de la paroi de la vessie seront utiles : Les petites baies de cranberries (ou canneberges) par exemple contenant des proanthocyanidines (PACs) comme dans Uripac ou Easypill Confort Urinaire, contribuent à empêcher l’adhésion, par effet mécanique, de certaines bactéries (en particulier Escherichia coli) sur la paroi vésicale.

L’on peut en revanche soigner « naturellement » une cystite dite idiopathique sans médicaments qui ont la plupart du temps des résultats aléatoires. Les phéromones de familiarisation (Feliway Classique, Beaphar Nostress…) sont préconisées dans ce cas car elles permettent d’augmenter le côté apaisant de l’environnement ou de faire disparaître le stress. 

Le Feliway Cystease est un complément alimentaire formulé spécialement pour soigner la cystite idiopatique : il contient en effet une association de glucosamine N-acétyl et d’acide hyaluronique, qui peuvent être donnés pour aider à restaurer les parois inflammées de la vessie, et du L-tryptophane pour aider à réduire le stress du chat atteint.  

Comment prévenir une cystite chez le chat ?

  • Donnez à votre chat une alimentation féline spécifique permettant de prévenir la formation de cristaux urinaire : soit une gamme « Urinary » ou « Urinary Stress » ;
  • Ajoutez une alimentation humide « Urinary » pour chat à l’alimentation sèche que vous lui donnez ;
  • Proposez-lui une fontaine à eau pour accroitre encore la prise de boisson et le « rinçage » des voies urinaires ;
  • Si votre chat est un peu craintif, aidez le à devenir zen avec des produits anti-stress comme le Zylkene par exemple.
Aujourd’hui, les mesures préventives (aliment, boisson, confort…) permettent d’éviter un grand nombre de cystites, parlez-en avec votre vétérinaire et donnez-lui les bons produits…

Découvrez nos autres articles sur le sujet :​