L’arthrose est l’affection ostéo-articulaire la plus commune chez le chien. Elle touche 20 à 25 % des chiens adultes et est sévère dans 20 à 30% des cas. Il s’agit d’une maladie inflammatoire chronique et dégénérative de l’articulation, très douloureuse avec des lésions d’usure et de déchirure irréversibles des cartilages articulaires. Cette affection d’origine multifactorielle est incurable, mais il est possible de soulager ses effets par des traitements naturels à base de compléments alimentaires, d’huiles essentielles on encore la physiothérapie.

 L’arthrose du chien : origine et conséquences

Définition de l’arthrose

Les cartilages sont des tissus conjonctifs recouvrant les surfaces osseuses en contact au niveau d’une articulation et constitués principalement de collagène, de protéoglycanes et d’eau. Cette composition lui confère des propriétés de résistance à l’étirement et à l’écrasement, et de déformation élastique. Les lésions cartilagineuses superficielles sont sans conséquences puisque le cartilage n’est ni innervé ni vascularisé. En revanche, lorsque les lésions deviennent plus profondes, une réaction inflammatoire majeure se met alors en place. L'inflammation entraîne une dégénérescence encore plus rapide du cartilage et des lésions de l’os sous-chondral, à l’origine d’une forte douleur chez l’animal.

Manifestation de l’arthrose

Les symptômes qui en découlent sont liés à la douleur. Le chien va donc réduire son activité, provoquant perte musculaire, raideur et prise de poids. Le report de son poids sur les articulations saines peut ensuite causer de nouvelles lésions arthrosiques. La maladie peut également se manifester sous la forme de « crises d’arthrose » avec des poussées douloureuses soudaines qui vont jusqu’à empêcher votre animal de se lever.

Origine de l’arthrose

L’arthrose est multifactorielle. Elle est donc due à un ensemble de causes, avec des facteurs de risques reconnus chez le chien qui sont :

  • la génétique : dépendant de la conformation articulaire et osseuse et du développement musculaire.
  • l’âge avec lequel la prévalence de l’arthrose augmente du fait d’une modification de la composition des cartilages qui deviennent moins résistants aux contraintes mécaniques.
  • la stérilisation, qui augmente le risque selon certaines études.
  • le poids : les chiens de grandes races sont prédisposés du fait de l’augmentation des contraintes mécaniques sur leurs articulations.
  • l’obésité : elle entraîne une surcharge mécanique de l’articulation. De plus, l’obésité est responsable de la sécrétion de molécules pro-inflammatoires par le tissu adipeux, ce qui aggrave la maladie. 
  • les traumatismes articulaires : fractures, entorses, luxations.
  • l’exercice physique violent, répété, en particulier pendant le jeune âge.
  • la présence d’affections ostéoarticulaires comme des incongruences ou des instabilités articulaires à l’origine d’une hyperlaxité et/ou de contraintes anormales.
  • la présence d’anomalies de développement (dysplasie, l'ostéochondrose,…)
  • l’arthrose est pratiquement toujours secondaire à une autre cause, même si celle-ci n’est pas encore identifiée.

Objectifs du traitement

La maladie étant responsable de lésions irréversibles, il n’existe à ce jour aucun traitement permettant de guérir l’arthrose. La prise en charge se concentre donc principalement sur le traitement des symptômes. Elle a pour objectif de réduire la douleur et la raideur articulaire, de maintenir et d’améliorer la mobilité et de ralentir la prolifération des lésions de l’articulation. Le traitement est multimodal. Il doit être adapté à chaque patient et être mis en place le plus précocement possible

Prise en charge de l’arthrose

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont communément prescrits chez les chiens pour réduire la douleur et l’inflammation associées à l’arthrose. Cependant leur utilisation est parfois associée à des effets secondaires néfastes. Des lésions du tractus gastro-intestinal peuvent survenir, et leur efficacité s’amenuise avec le temps. Voilà pourquoi il semble intéressant de se tourner vers des remèdes plus naturels, tels que des actifs nutritionnels très utilisés chez le chien, ou encore la physiothérapie et l’aromathérapie.

arthrose chien

Des compléments alimentaires pour soulager naturellement l’arthrose chez votre compagnon

De nombreuses molécules ont un effet bénéfique suspecté dans l’évolution arthrosique.

Le sulfate de chondroïtine et les glucosamines

Le sulfate de chondroïtine et les glucosamines sont des composants des protéoglycanes constituant la matrice cartilagineuse. Ces molécules sont dites chondro-protectrices. Elles protègent les cartilages en évitant leur dégradation et en améliorant leur capacité à se régénérer. Beaucoup d’études ont été réalisées chez l’homme et tendent à montrer que ces chondroprotecteurs permettent une nette amélioration des symptômes de l’arthrose et une réduction significative de la douleur. Ils auraient également une efficacité prolongée dans le temps contrairement aux AINS, même après arrêt du traitement.

En médecine vétérinaire, le produit sur lequel on a le plus d’informations est une association des deux molécules. Elles ont une action synergique et, en association avec le manganèse et l’ascorbate, elles stimulent la synthèse des protéoglycanes tout en prévenant la dégradation du cartilage, réduisant ainsi la douleur et améliorant l’activité générale.

Le collagène hydrolysé

Le collagène hydrolysé pourrait avoir des effets sur la réduction de la douleur, de la raideur articulaire et de la boiterie chez le chien arthrosique. Sa teneur en glycine et en proline élevée en participe en effet à la stabilité et à la régénération du cartilage. Ils peuvent être donnés en complément de chondroprotecteurs.

La curcumine

La curcumine, composant majeur du curcuma utilisé depuis très longtemps en médecine traditionnelle chinoise et ayurvédique, aurait des propriétés anti-inflammatoires, anti-cataboliques et anti-apoptotiques. Associée à des phospholipides, elle permettrait une amélioration de l’état général et une diminution de l’inflammation

L’extrait de thé vert

L’extrait de thé vert issu de la plante Camellia sinensis présente des propriétés antioxydantes, anti-tumorales et antimutagènes.

Les omégas-3

Les oméga-3 sont une famille d’acides gras que l’on retrouve notamment dans l’huile de poisson, l’huile de colza et les poissons gras. Ils ont des vertus anti-inflammatoires avec un effet démontré sur l’arthrose spontanée de la hanche, du genou et des coudes avec une diminution de la douleur et de la boiterie et une augmentation de l’appui. Ils sont généralement utilisés en complément alimentaire.

La vitamine E

La vitamine E est un puissant anti-inflammatoire et antioxydant qui a tendance à diminuer les signes de douleur associés à l’évolution de l’arthrose. Elle peut être indiquée en association avec d’autres substances comme les chondroprotecteurs et le collagène.

Les extraits de moule verte

Les extraits de moule verte de Nouvelle-Zélande Perna canaliculus pourraient avoir un effet anti-inflammatoire et donc réduire la douleur et les gonflements. La population locale qui se nourrit depuis toujours de ce mollusque souffrirait en effet moins d’arthrose que le reste de la population. Les analyses ont montré que ce sont les extraits de moule verte lyophilisés contenant des glycosaminoglycanes, des omégas-3, des acides aminés, des vitamines et minéraux qui seraient responsables de l’effet bénéfique sur la santé de l’articulation.

L’harpagophytum

L’harpagophytum autrement appelée « griffe du diable » est une plante originaire des déserts d’Afrique et de Namibie dont les principes actifs contenus dans les racines sont utilisés pour leur propriété anti-douleur. Une étude chez l’homme réalisée en 2003 a montré une régression de 25 à 45% de la douleur chez 75 patients arthrosiques traités à l’harpagophytum.

arthrose chien 3

La physiothérapie pour soigner les rhumatismes du chien

Les chiens souffrant d’arthrose entrent dans un cercle vicieux : la douleur limite leur activité physique, ce qui facilite l’apparition de modifications articulaires et aggravant la maladie et la douleur ressentie par l’animal. La physiothérapie est tout indiquée dans la prise en charge de l’arthrose. En complément de mesures diététiques, elle permet même de ralentir son apparition.

Conserver un volume musculaire suffisant pour ralentir le développement de l’arthrose

L’exercice physique aquatique

Autrefois déconseillé car on pensait que celui-ci augmentait la douleur et accélérait l’apparition de lésions du cartilage, on sait aujourd’hui que l’exercice physique modéré permet de ralentir considérablement le développement de l’arthrose. En limitant la prise de poids, en maintenant une dynamique articulaire et en développant la masse musculaire, l’exercice physique contrebalance le mauvais fonctionnement articulaire. L’idéal est de privilégier les exercices sans impact sur les articulations comme la nage ou la marche sur un tapis roulant dans l’eau.

L’électrostimulation

L’électrostimulation permet quant à elle d’augmenter ou stabiliser le volume musculaire sur une zone localisée, ce qui compense également le mauvais fonctionnement articulaire et évite l’apparition de nouvelles lésions.

Les massages et la kinésithérapie : objectifs et fonctionnement

Dans le cadre de l’arthrose, les massages présentent de nombreuses vertus. Ils offrent tout d’abord un effet antalgique (anti-douleur), réduisent les adhérences et les spasmes musculaires, améliorent la circulation sanguine et lymphatique et permettent une relaxation de l’animal. Il est recommandé d’effectuer un massage au réveil le matin et un massage le soir avec des mouvements de pétrissage. La kinésithérapie s’appuie sur la réalisation de mouvements actifs et passifs des membres dans tous les sens. Elle est également incontournable dans le processus de prise en charge de l’affection puisqu’elle permet un entretien de la mobilité articulaire et un entretien musculaire.

La thermothérapie aux vertus antalgique

L’application d’une source de chaleur sur l’articulation douloureuse par différents moyens (bain, boue chaude, rayons IR,...) améliore la circulation sanguine et réduit les contractures musculaires.

La cryothérapie (traitement par le froid en appliquant généralement de la glace) a quant à elle pour vertu de réduire l’inflammation en diminuant l’apport sanguin local. Elle a donc également un effet antalgique. Son utilisation est intéressante à la suite d’un exercice physique actif.

Bien que les améliorations chez l’animal soient rarement impressionnantes, la physiothérapie permet essentiellement de ralentir la dégénérescence du cartilage articulaire et de gérer la douleur liée à la maladie.

L’aromathérapie et les huiles essentielles

Certaines huiles essentielles sont réputées pour leur capacité à soulager l’arthrose. Les principales utilisées sont l’huile essentielle de racine d’harpagophytum, de feuilles de cassis, d’eucalyptus citronné, mais aussi de romarin, citron, et d’autres encore. Il existe de nombreuses recettes et combinaisons de ces huiles qui auraient des vertus anti-inflammatoires et anti-douleur. Attention également à leur utilisation puisque celles-ci peuvent être irritantes, voire toxiques, et ne doivent jamais être ingérées.

Le contrôle du poids et de l’alimentation, la clé de la prévention et de la prise en charge de l’arthrose

Si l’arthrose est une affection incurable, le mieux à faire est encore de prévenir au maximum son apparition en limitant les facteurs de risques, dont le principal est le surpoids. Lors de la prise en charge de la maladie, la première chose à faire sera de mettre l’animal au régime avec des croquettes contre l'arthrose adaptée puisque l’excès pondéral diminue la réponse au traitement et risquerait d’aggraver la maladie. De plus, la perte de poids va permettre de faire diminuer les boiteries et la fréquence des crises d’arthrose, et facilitera ainsi la reprise progressive d’exercice.

Certaines maladies ostéo-articulaires comme la dysplasie de la hanche, qui touche environ 20% des chiens, sont souvent génératrices d’arthrose. Vérifier au plus tôt si votre chien est prédisposé à une de ces maladies - par un dépistage chez votre vétérinaire pour la dysplasie de la hanche par exemple - peut permettre de la prendre en charge avant que l’arthrose ne se soit installée.

arthrose chien 4

Ce qu’il faut retenir :

  • L’arthrose est une pathologie ostéo-articulaire inflammatoire touchant 20 à 25% des chiens adultes et qui résulte de lésions dégénératives des cartilages articulaires. C’est une maladie d’origine multifactorielle et irréversible.
  • La première étape de la prise en charge de l’arthrose est toujours la perte de poids (si nécessaire) pour soulager les articulations. On peut ensuite mettre en place de la physiothérapie et une rééducation fonctionnelle de l’animal avec de l’exercice modéré, des massages et de la thermothérapie.
  • L’alimentation est la pierre angulaire de la prise en charge de l’arthrose. Les oméga-3 et le collagène ont des bienfaits prouvés sur l’évolution de la maladie grâce à leur vertus anti-inflammatoires et anti-douleurs. Les compléments alimentaires à base de glucosamine, de sulfate de chondroïtine, d’extrait de moule verte ou encore d’harpagophytum ont également une efficacité suspectée.

Découvrez nos guides sur le sujet :